Archive

Archive for the ‘parallèle’ Category

Techniques de découpage de tâches

13 août 2010 Commentaires fermés

Techniques de découpage de tâches.
Ou : comment faire fonctionner un système plutôt spartiate comme si il était doté d’un véritable OS?
Comme j’ai inséré des images directement dans le texte, et qu’il y a aussi des tableaux, voir le PDF sur mon site
ici.

Commentaires bienvenus!

Publicités

Supercalculateurs : le Top 500

27 novembre 2007 Commentaires fermés

L’article « Supercalculateurs : les processeurs multi-coeurs bousculent le Top 500 » sur Futura-Sciences donne quelques infos intéressantes sur les 500 ordinateurs les plus puissants du monde actuellement :

  1. La puissance de calcul cumulée des 500 supercalculateurs les plus puissants du monde équivaut à 6,97 PFlops (pétaflops), soit pratiquement le double des 3,54 PFlops d’il y a un a. La Loi de Moore est donc toujours aussi remarquablement vraie :


    puissance de calcul du plus puissant ordinateur du monde (#1), du 500ème et de la somme des 500
    Attention : l’échelle vertical est logirightmique : chaque division correspond à 10x la puissance de celle d’en dessous !

  2. Le BlueGene/L installé au Lawrence Livermore National Laboratory est l’ordinateur le plus puissant du monde depuis 2004. Il dispose désormais de 32x32x64 = 106.496 nœuds de calcul biprocesseur disposés en tore 3D, délivrant 478,2 TFlops (contre 280,6 TFlops en juin dernier)
  3. Les Xeon double coeur d’Intel équipent 43% des supercalculateurs, et les quadruple coeur déjà 20% ! Mais les PowerPC d’IBM équipent toujours 34% des 50 machines les plus puissantes, dont le BlueGene/L, et AMD se maintient autour de 10% de parts de marché, notamment grâce à Cray qui va équiper son XT5 avec des AMD Opteron
  4. Le projet Folding@Home, qui utilise une « grille » formée par les machines mises à disposition sur internet par les particuliers lorsqu’is ne s’en servent pas, a disposé le 15 septembre d’une puissance de calcul de 1 Petaflop, soit le double du BlueGene/L ! Cette puissance a été fournie à 60% par des consoles de jeu PlayStation 3 de Sony mues par le processur Cell d’IBM qui est en quelque sorte un PowerPC avec 8 coprocesseurs vectoriels.

Tout ça doit chauffer pas mal

Catégories :consoles, hardware, parallèle, science, web

La montée en puissance des GPUs

2 novembre 2007 2 commentaires

Dans les ordinateurs vendus depuis 2003 environ, le microprocesseur (CPU) fourni par Intel ou AMD n’est plus le composant le plus puissant, et souvent plus le plus couteux non plus. Désormais c’est le GPU, le Graphics Processing Unit, qui détermine largement la puissance d’un PC. Strictement limités au graphisme il y a peu, ces processeurs sont désormais capables d’effectuer certains calculs nettement plus vite que les processeurs classiques. Actuellement, la puissance de calcul du G80 de nVidia est 5 à 6 fois supérieure à celle du Core 2 Duo d’Intel, voire plus (1, 2).


puissance de calcul des GPU et CPU (source : BeHardware)

Conséquence immédiate :

Si vous achetez un ordinateur pour y faire fonctionner les applications les plus exigeantes, c’est-à-dire les jeux vidéo, il faut faire plus attention au choix du GPU qu’au CPU. Vous ne gagnerez que quelques pourcents de performance avec un CPU plus rapide qui vous coûtera quelques centaines de francs, alors que la même somme investie dans une carte graphique basée sur un GPU plus récent ou puissant peut doubler le nombre d’images / seconde (fps) de vos applications favorites.

Un peu d’architecture des processeurs

(lire la suite sur le blog de Dr. Goulu)