Archive

Archive for the ‘futur’ Category

Superordinateurs de table

13 mars 2009 Commentaires fermés

Depuis de nombreuses années, les ordinateurs les plus puissants sont formés de très nombreux processeurs calculant en parallèle. Le record actuel est tenu par le “Roadrunner” d’IBM qui comprend 6′948 Opteron bicœurs et 12′960 processeurs PowerXCell 8i d’IBM, contenant chacun 8 unités de calcul en flux (”Stream Processing Unit”, SPU).

“Roadrunner” peut effectuer 1 petaflops, soit un million de milliards d’opérations arithmétiques par seconde et vaut des millions d’euros. Vous pouvez aujourd’hui assez facilement disposer dans votre PC du millième de cette puissance pour quelques centaines d’euros seulement.

En effet, les processeurs graphiques “GPU” récents sont formés de centaines d’unités de calcul en flux assez semblables aux 8 SPU du Cell. Initialement dédiés à la génération d’images réalistes en 3D temps réel et limités au calcul en virgule fixe, les GPU sont devenus capables d’exécuter certains programmes en virgule flottante beaucoup plus rapidement que sur les processeurs classiques : c’est le calcul générique sur GPU  (GPGPU).

La série 5000 d’ATI (racheté par AMD) et les nouvelles GTX 200 de nVidia offrent désormais une puissance de l’ordre du teraflops, soit 200x plus que les plus puissants processeurs intel. D’ailleurs nVidia commercialise désormais ses derniers processeurs sur des cartes “Tesla” dédiées au calcul, et dépourvues de sortie video, un comble pour des processeurs graphiques !

La suite sur mon blog…

Publicités
Catégories :consoles, futur, GPU, hardware, processeurs, programmation, science Étiquettes : ,

La barrette secteur écologique MICROCLUB

6 décembre 2008 8 commentaires

L’idée

M’est venue en pensant à tous ces périphériques connectés plus ou moins intelligemment sur le secteur, que l’on pouvait faire mieux. Mieux que laisser ce bazar enclenché ou au mieux, enclenché/déclenché par le PC de bureau.

Un simple (!) horloge fait déjà mieux. Mais est-ce suffisant?

horloge-electronique

L’utilité

Par exemple, vous avez un PC, lampe de de bureau, chargeurs divers, imprimante, modem VDSL et routeur wi-fi.
Si le PC est allumé, tout est enclenché. Par contre, s’il est éteint, la lampe de bureau doit être éteinte. Les chargeurs devraient être enclenchés comme le PC, mais avec au moins un minimum de 6H par jour (horloge + tempo). Par contre, l’imprimante (réseau?) ainsi que le VDSL et le wi-fi restent allumés jusqu’à 23h. Sauf s’il y a du trafic internet: un portable est peut-être toujours actif, par exemple.
L’horloge pour ce bazar pourrait être 17h-23h les jours de semaine, 8h-24h00 samedi, 9h-23h dimanche. Le tout programmable, bien sûr. Par contre si quelqu’un utilise le PC la journée, le reste s’enclenche aussi et serait maintenu tant qu’il y a du trafic sur le net. Ou par un bouton qui lance une tempo de, mettons 1h, puis surveille le trafic réseau LAN pour les prolongations.

Le projet

Posons donc quelque définitions. Bien entendu, scalable et transformable à souhait!

Il faut au moins :

  • 6 prises
  • dont 2 assez espacées pour accepter des chargeurs
  • 1 avec un capteur de courant,
  • 5 relais de commande
  • Une horloge RTC
  • ? Éventuellement un afficheur LCD
  • ? Un connecteur LAN RJ45
  • ? une télécommande
  • un/des boutons
  • un CPU pour gérer tout ça
  • Une mécanique qui intègre cet ensemble

Donc, en plus d’avoir des idées globales, il faut du personnel pour les réaliser:

  • un électronicien (LAN, low-power, courant faible)
  • un informaticien (WEB + Embedded + realtime)
  • un mécanicien (boitier, plastic, industrialisation… si ça tire fort!)

Le goupe de réalisation

Dans sa séance du 05/12/08, l’AG a décidé de porter cette proposition comme micro-projet, financé à hauteur de 1000.- pour les frais. Toute personne intéressée est donc priée d’annoncer sa participation auprès du soussigné: ymasur[at]microclub.ch

Il est prévu de se voir en avant séance du Microclub, éventuellement un autre jour/soir.

Quand Google donne des infos sur les infos

31 janvier 2008 1 commentaire

Google est une boite très intéressante. Fondamentalement créative et, j’en suis convaincu, bien intentionnée, elle collecte une quantité phénoménale de données utilisées pour améliorer l’accès à l’information de ses centaines de millions d’utilisateurs.

Parfois, ces données agglomérées fournissent des indications imprévues. Par exemple l’outil Google Suggest essaie de deviner ce que vous allez chercher sur le Net en complétant les premières lettres que vous tapez avec les recherches les plus fréquentes sur Google. Par exmple, si vous tapez « is  » (avec espace), Google Suggest vous liste les demandes les plus fréquentes commençant par « est-ce que … « . Ces jours-ci ça donne ça :

En gros, les 4 recherches les plus fréquentes+récentes concernent la religion du candidat Obama aux élections états-uniennes… Intéressant, non ?

Les 8 millions de gens qui ont cherché les paroles (=lyrics) de la chanson « Is this love? » de Bob Marley sont classés après parce que certainement moins fréquentes, en nombre / jour.

Autre effet intéressant du système « PageRank » de classement des résultats de Google : si beaucoup, énormément de sites font un lien sur une secte dangereuse (ne pas cliquer dessus, c’est inutile…), Google va augmenter le « Page Rank » de la scientologie associée aux mots « secte dangereuse ». Comme énormément de sites en anglais l’ont fait sur les mots « dangerous cult« , la scientologie sort en premier lorsqu’on recherche ces mots ! Pas mal, non ?

Ca s’appelle une « Google Bomb », et ça sera possible tant que Google (et les autres) ne seront pas capables de comprendre la signification des pages. Mais ils y travaillent. Ca s’appellera le « web sémantique » et ça méritera le titre de « web 3.0 ».

Sources:

Catégories :futur, Google, web

informatique = IT + CS

10 janvier 2008 2 commentaires

« Est-ce que l’informatique de demain sera hébergé uniquement à distance ? »

C’est la question que pose Sandrine à propos du livre « The Big Switch » de Nicolas Carr, discuté sur le blog de Louis Naugès.

Voici mon (humble) avis sur la question :

Comme souvent, nos collègues de l’IT posent l’équation « informatique=IT » et donc « futur de l’informatique = futur de l’IT ». La tendance « informatique=web » est comparable, quoique moins arrogante.

Désolé, mais : informatique > IT + web

Il existe de nombreuses applications qui nécessitent des processeurs puissants accessibles avec une (très) large bande passante, donc localement : CAO, calcul scientifique, jeux 3D ! C’est le marché de ces applications qui sert de locomotive à l’industrie du hardware et permet de vous proposer tous les 18 mois une machine 2x plus puissante que la précédente. En hébergeant tout sur le « cloud », Intel ne vendrait ses processeurs qu’à Google et aux autres fournisseurs, et plus aux entreprises pour lesquelles un  PC d’il y a 10 ans serait suffisant…

La tendance est en réalité inverse : les machines perso et bureau étant très peu utilisée (sauf quand on joue…), elles peuvent être utilisées pour des applications réparties. C’est ainsi que le réseau formé par les consoles PlayStation 3 faisant tourner le programme Folding@home dépasse la puissance de calcul de l’ordinateur le plus puissant du monde, le BlueGene/L !

Dans la même veine, à quoi bon faire des disques durs de 500 Gb par millions si les fournisseurs de services web stockent nos vidéos (piratées) à un seul exemplaire, voire zéro ? les réseaux P2P sont en train de réaliser une fonctionnalité très recherchée : l’immortalité des données, et leur indépendance du support grâce à une forte redondance sur un réseau distribué.

Pour quiconque n’a pas courbé ses cours d’architecture hardware pour approfondir sa maitrise du SQL, le web s’est simplement glissé sous le disque dur en devenant la couche la plus basse de la hiérarchie mémoire. La propulser au rang de maitre du monde informatique, c’est mettre la charrue avant les boeufs.

informatique = IT + CS
CS = COMPUTER SCIENCE !

Catégories :futur, Google, IT, livre, web