Accueil > Ecologie, hardware > Vanne thermostatique électronique

Vanne thermostatique électronique

16 janvier 2011

Suite à une discussion avec Patrick Dizerens, nous avons abordé le sujet des économies d’énergie. Ce dernier a changé toutes les vannes de ses radiateurs par un modèle électronique, et en était ravi. Fonctionnement de la vanne thermostatique:

http://www.energie-environnement.ch/fr/maison/renovation-et-chauffage/vanne-de-radiateur/209?prec_id=147 et

http://www.energieplus-lesite.be/energieplus/page_10965.htm

Lorsque j’ai vu chez Distrelec une promotion pour un équipement à env. 30.- pièce, n° 84 15 37, je m’empresse d’en commander 4 pour équiper l’étage: salle de bain, 2 chambres, le bureau (où j’écris ce papier!).

Vanne

Vanne thermo électronique

La mise en route consiste à démonter (enlever une bague) l’ancienne vanne, poser un adaptateur avec pas de vis en plastique et visser la vanne par un collier. Les piles mises, on peut passer à la partie programmation: date, heure actuelle; température de consigne sur des plages horaires (4/jour) et les jours de la semaine sélectionnés. Pas mal! Avec la roue codeuse, c’est extrêmement rapide et confortable à régler.

Un moteur avance ou recule un axe. Il s’entend bien dans une ambiance silencieuse (zonzon..zonzon.. laisser la programmation de la chambre à 18°C!). L’axe s’appuie sur l’index de la valve et règle le débit d’eau chaude: plus on le pousse contre le radiateur, plus ça ferme. La course utile est d’environ 2 mm. Une fois la vanne installée, il faut initialiser la course qui va à fond par 2 fois, puis le menu se met sur « automatique ».

Premier obstacle: un des radiateurs a sa vanne placé proche du mur, le nouveau modèle ne passe pas… Second problème: sur 2 radiateurs (sur les 4 prévus) l’index permettant de limiter le débit d’eau est… grippé sur max! Après avoir re-mobilisé cette mécanique avec pince et marteau, la vanne électronique apposée finit son initialisation… par une erreur « F2 », course trop longue! Raaah!

Pour vérifier l’effet mécanique de l’ancienne vanne thermo, je la passe sous l’eau froide, puis chaude. La course mécanique observée n’excède pas 2 mm pour 30°C. Autant dire que son efficacité est inutilisable! Surtout si on ne remarque pas que le mécanisme sur lequel elle agit est grippé. La mesure de la position de l’index sur un radiateur OK et celle d’un KO montre qu’effectivement il y a une marge de différence d’un bon millimètre, pas rattrapable par le mécanisme de mouvement. Finalement, la solution la plus simple que j’aie trouvé pour compenser cet écart est de glisser une pièce de 5 ct entre l’axe motorisé et l’index de la vanne!

5 cts

5 centimes - ép. 1 mm

Il reste maintenant à vérifier si la durée des piles – et de l’équipement – permet une opération écologique. Les prémisses sont positives: lorsque mon PC (et moi…) chauffent le bureau, un zonzon m’indique que la vanne se ferme.

 

Publicités
Catégories :Ecologie, hardware
%d blogueurs aiment cette page :