Accueil > games > les jeux de 2008 à 2009

les jeux de 2008 à 2009

24 décembre 2008

Je commence par deux petits rappels à ceux qui me prennent pour un grand gamin :

  1. Depuis 2007, le chiffre d’affaires de l’industrie du jeu vidéo en Suisse dépasse celui du cinéma, et égale celui des ventes de musique (cf. article de Bilan)
  2. Les PC ne sont plus « tirés vers le haut » par les stations de travail CAO 3D, mais par le marché des « hardcore gamers ». Jettez un coup d’oeil au XPS 730 de Dell ( autour de Frs 5000.- sans écran…) pour vous faire une idée de votre PC de bureau dans 2 ou 3 ans …

Les jeux vidéo de 2008 sont désormais des superproductions réalisées avec des moyens techniques et humains extrêmement importants, des budgets de plusieurs millions, et des diffusions planétaires, avec dates de lancement synchronisés sur tous les continents. Mais comme pour les films, il y a du bon, du moins bon, et du nul. Si vous voulez profiter des vacances et de votre PC pas trop vieux pour développer votre culture en la matière, voici quelques références de l’année écoulée.

Le meilleur jeu de simulation et de course de bagnole est le fabuleux RaceDriver GRID de « CodeMasters ». Au premier coup d’oeil il ressemble beaucoup à « DiRT » leur excellent jeu précédent de 2007. Au second coup d’oeil, on apprécie la variété des véhicules, la gestion des sponsors permettant de monter une équipe incluant un équipier, les types de courses très variées dont des « Drift » piqués aux « Need for Speed ».
Sur le plan technique, GRID apporte surtout une fantastique gestion des dégats : à chaque choc, la voiture se déforme de façon très crédible et se comporte ensuite de façon très cohérente, en tirant à gauche ou à droite. Regardez ça:

Une autre innovation intéressante concerne les sauvegardes : on peut « remonter le temps » après un crash en visionnant les dernières secondes de la video playback, et reprendre la course juste avant de commettre l’erreur fatale.

Fallout 3 est une jeu d’aventure+action absolument colossal. L’action se passe dans un futur bizarre ou une guerre nucléaire a détruit les USA après une guerre contre les communistes en Alaska et au Canada. Le scénario complet est incroyablement complexe et bien pensé, plein de références et de fantaisies originales. Par exemple, le jeu commence avec la naissance du héros et la période de « tutorial » où on apprend l’interface utilisateur correspond à l’enfance.

Ensuite, le héros sort de son abri atomique et découvre un décor fantastique : les développeurs de Bethseda ont tout simplement modélisé la ville de Washington DC entière et ses environs, des centaines de kilomètres carrés rigoureusement identiques à la réalité à un détail près : tout est en ruines. le Capitole , le Pentagone, le Musée de l’Air et de l’Espace, tout y est, c’est absolument fantastique.

Pour survivre dans cet environnement radioactif peuplé d’animaux et d’humains mutants, le héros doit s’alimenter, se défendre, vendre des objets trouvés comme des liasses de dollars pour obtenir de la monnaie ayant véritablement une valeur : des capsules de Coca. Peu à peu il faut faire des choix « éthiques », s’allier à certaines personnes et s’en mettre à dos d’autres, ce qui modifie le cours de l’aventure.

Après quelques dizaines d’heures sur Fallout 3, je peux dire qu’il s’agit d’un des meilleurs jeux non seulement de l’année 2008, mais des dix dernières années, un must absolu. Seul bémol : les séquences de combat sont extrêmement violentes : les têtes et les membres gilent en éclaboussant tout de sang virtuel : jeu a réserver aux adultes donc.

Deux jeux très semblables viennent de sortir pratiquement en même temps : le dernier Tomb Raider « Underworld » et le Prince of Persia 2008. Les deux font explorer un monde dangereux à de superbes héroïnes dont il est difficile de dire laquelle est la plus sexy :

la princesse Elika

la princesse Elika. Oui, c'est une capture d'écran, une nana virtuelle en temps réel.

Lara Croft, mouillée virtuellement en temps réel aussi

Lara Croft, mouillée virtuellement en temps réel aussi

Les deux jeux se déroulent dans des décors grandioses, sous des éclairages somptueux. Le réalisme de Tomb Raider est stupéfiant, notamment les effets d’eau permis par les dernières cartes graphiques, alors que Prince of Persia 2008 développe une ambiance plus « magique »

Alors que le Tomb Raider est fidèle à la ligne tracée par les épisodes précédents, Prince of Persia 2008 romp avec la tradition car UbiSoft a pris le parti d’un jeu pratiquement non violent : lorsque le Prince rate un saut, il ne s’empale pas sur des piques comme dans tous les épisodes précédents depuis 20 ans. La princesse qui l’accompagne le sauve in extremis avec ses talents magiques. Il ne meurt jamais. Et lors des combats au sabre, lorsque l’ennemi a pris quelques coups un peu blessants, il s’enfuit. Personne ne meurt dans ce Prince of Persia. C’est surprenant, mais ça marche très bien, et c’est probablement plus adapté aux plus jeunes que Tomb Raider, où la belle Lara se fait trouer la peau, rotir, écraser, démantibuler et noyer toutes les 3 minutes, lorsqu’elle ne massacre pas de magnifiques tigres, animaux protégés qui la considèrent comme un bon dessert, qui pourrait leur en vouloir ?

Si vous avez une machine plus ancienne et préférez les petits jeux pas chers mais bien prenants, je vous recommande vivement

On pilote une moto de trial avec les 4 touches de direction : [haut] et [bas] pour accélérer et freiner, [gauche] et [droite] pour s’assoir ou se lever sur le siège, ce qui change complètement le comportement de la moto le long d’un parcours semé d’embûches :

La qualité de la simulation physique fait tout l’intérêt du jeu : la moto a un comportement vraiment très réaliste, l’adhérence et les rebonds dus aux amortisseurs sont parfaits. Il faut bien s’asseoir en arrière pour que la roue arrière adhère bien lors des accélérations, et se lever pendant les sauts pour ne pas faire des « backflips » involontaires. On peut même jouer des gaz et du frein en l’air pour faire tourner la moto par conservation du moment cinétique, comme les pros du supercross !

On se rate très souvent, et les chutes étant aussi rendues de manière physiquement réaliste, on se marre autant que devant VideoGag. Un petit compteur d’os brisés illustre d’ailleurs un avantage indiscutable du trial virtuel par rapport à celui qui réchauffe la planète.

Le moteur graphique maison donne un rendu 3D impeccable d’une scène essentiellement 2D, le tout sans requérir un PC hyper puissant, un autre avantage que Jacky appréciera.

Téléchargez la version gratuite ici, il y a déjà bien de quoi s’amuser quelques heures. Après, ce n’est que $20 pour avoir la totale.

Dans le même registre il y a aussi World of Goo, un genre de Lemmings + jeu de construction très bien fait et bien casse tête….

2009, l’année de la physique

le point commun entre tous ces jeux, c’est que désormais la « physique » y prend une place importante. Maintenant, les joueurs interagissent avec le monde virtuel pratiquement comme avec le monde physique. Les objets virtuels ont une masse, tombent, rebondissent, flottent, brulent comme des vrais. Le réalisme n’est plus seulement programmé, il est intégré aux « moteurs 3D » et aux cartes graphiques ce qui permet de faire des choses auxquelles les programmeurs n’ont même pas pensé, sans causer de bugs. Cette technologie est désormais mature, et en 2009, le jeu video va vraiment bouger, vous allez voir !

Publicités
Catégories :games
%d blogueurs aiment cette page :