Accueil > Uncategorized > Worms!

Worms!

3 septembre 2005

Mais si, je suis sur que tu te rappelles d' »artillery ». C’était un jeu qui se jouait en général à deux autour d’un ordinateur 8bits 16K de RAM, genre TRS-80 ou VIC-20. Chaque joueur pilotait un petit canon. Fallait donner la hausse et la puissance du tir et essayer de démolir l’adversaire. Les versions sophistiquées avaient un décor un peu accidenté et le vent n’y était pas négligeable. Voilà, tu te souviens, où alors t’es trop jeune, t’étais pas né…Et bien cette glorieuse époque revient revêtue d’une sauce « à la Lemmings » et ça donne le plus super jeu rigolo et simple depuis belle lurette : Worms. Voilà, tu sais quoi demander au papa Noël.Figurez vous N équipes de 4 vermisseaux surarmés (dérision quand tu nous tiens…) qui s’affrontent dans une inouïe variété de décors. Les N équipes peuvent êtres configurées pour être dirigées par des humains où par l’ordinateur, dans quel cas il est même possible de programmer des alliances entre groupes de 4 pour faire de titanesques bagarres. On peut ainsi se retrouver à 4 copains dirigeant chacun une équipe, soit par réseau soit tour-à-tour sur la même machine (ambiance garantie) ou seul contre la machine.Chaque ver bouge tour à tour et eput terminer son coup en construisant un abri PC anti-atomique modèle fédéral (donc totalement inutile et même dangereux dans certains cas) ou creuser un trou ou se balancer au bout d’une corde ou etc etc ou encore tirer un coup. Comme c’est aussi pour les enfants, il s’agit bien sur d’un coup de feu, de bazoka, de grenade, de lance-flamme ou de bombe à fragmentation et pas de ce que vous avez pensé, bande de dévergondés, donc sans aucun effet sur le sain équilibre de notre saine jeunesse.Et là, faut dire qu’on comprend mieux ce cher colonel Duchosal parce que quand ça pête, qu’est-ce que c’est beau! Des vers giclent dans l’azur, s’écrasent au fond de trous béants, s’entrechoquent et s’entrainent dans des chutes fatales ou rebondissent sur des mines bêtement laissées là. Chacune de ces explosions cause un trou énorme qui modifie radicalement le paysage, et donc ravigotte l’intérêt du jeu.Le tout est extrèmement paramétrable : on peut limiter les armes disponibles ou les éléments de défense pour ne pas tolérer l’anti-jeu. En groupe, les alliances qui se font et se défont sont ponctués par les « traîtres » et autres « tu ne perds rien pour attendre » lancés par ces malheureuses créatures virtuelles. Bref, un grand « must »! Merci petit papa Noël et merci qui ? merci…

Phil + Lippe + Gouli + el-Meti (mes 4 Worms…)
Publicités
Catégories :Uncategorized
%d blogueurs aiment cette page :